Actualité

Les règles d'or pour construire votre maison écolo

 
Bâtir un logement écologique, tout à la fois respectueux de l'environnement et performant d'un point de vue énergique, implique de se pencher sur de nombreux paramètres. Choix des matériaux, des zones à isoler en priorité, du système de ventilation ou de chauffage : voici les réflexes à bien acquérir avant de se lancer.
Les règles d'or pour construire votre maison écoloLa position de la maison sur le terrain.


Avant même de déterminer les différents composants ou matériaux que vous intégrerez à votre maison, il faut mener une réflexion sur son emplacement précis sur votre terrain (ensoleillement, vents dominants, végétation présente, pentes éventuelles...). La règle d'or est toujours la même : privilégiez une orientation au sud des pièces de vie et des baies vitrées qui permettront de récupérer chaleur et lumière en hiver. De même, un garage placé au nord servira de zone tampon avec le reste de la maison, au même titre qu'une buanderie ou une chaufferie.


Les atouts des matériaux naturels.


Le choix de l'« enveloppe » de votre futur logement est fondamental pour réaliser des économies d'énergie. Certains matériaux sont connus pour avoir un potentiel important d'inertie thermique (capacité à accumuler de la chaleur puis à la restituer lentement) comme la brique ou la pierre. Autre propriété recherchée : les capacités isolantes, qu'on retrouve dans la brique, encore elle, ou dans le bois. Le recours à ces matériaux représente toutefois un surcoût, qui sera compensé au fil des ans grâce aux économies d'énergie réalisées. A noter que si le matériau des murs a son importance, le volume de baies vitrées compte également. La réglementation thermique en vigueur (RT 2012) impose d'ailleurs une surface totale de baies au moins égale à 1/6e de la surface habitable.


Isolation : le toit, une priorité.


Privilégier en premier lieu une bonne isolation du toit. L'isolation des murs, du plancher bas et des fenêtres doit également être réfléchie. L'Ademe recommande par ailleurs de « veiller à ce que l'isolation soit continue pour éviter que certaines zones, plus froides, ne deviennent des points de condensation. » L'isolation des murs par l'extérieur apparaît par conséquent comme la meilleure solution (elle permet, en outre, de régler un plus grand nombre de ponts thermiques). Faites également le choix de fenêtres performantes. Le double vitrage VIR (Vitrage à isolation renforcée) est une solution intéressante. Il présente un pouvoir isolant deux à trois fois supérieur à celui du double vitrage classique.


Ventilation : des systèmes récupérant la chaleur sortante.


Pour évacuer l'humidité et les polluants de votre intérieur, vous devez renouveler régulièrement l'air de votre maison. Pour ce faire, vous pouvez installer un système de VMC (Ventilation mécanique contrôlée). Certains permettent de réaliser des économies d'énergie. C'est le cas des VMC hydroréglables dont le débit d'air varie avec le taux d'humidité intérieur, limitant par là même les gaspillages. Son coût : environ 800 € HT (fourniture et pose), contre 500 € HT pour les modèles à débit constant. S'ils sont plus chers (environ 2300 € HT), les modèles de VMC double flux avec récupération de chaleur permettent de réaliser des économies de chauffage importantes (7 à 10 % de la consommation dans une maison bien isolée), le système récupérant la chaleur de l'air extrait de la maison et l'utilisant pour réchauffer l'air venant de l'extérieur.


Chauffage : misez sur les énergies renouvelables.


Bien choisir son appareil de chauffage peut aussi permettre de réaliser des économies d'énergie. Souvent plus chers à l'achat que les appareils traditionnels à énergies fossiles, ils permettent un retour sur investissement sur le long terme. Vous pouvez par exemple opter pour des équipements de chauffage au bois (comptez entre 3.000 et 18.000 €, pose comprise), en privilégiant les modèles ayant obtenu le label Flamme verte, économes et peu polluants. Autre possibilité : acquérir une pompe à chaleur (géothermique ou aérothermique, de 10.000 et 20.000 € pose comprise), des dispositifs économes à l'usage, performants et capables, outre le chauffage, de fournir de l'eau chaude sanitaire.


Quelles aides ?


Vous pouvez prétendre, sous conditions de ressources, à un prêt à taux zéro (PTZ) qui va compléter vos autres sources de financement. Il faut, pour cela, accéder pour la première fois à la propriété (ou ne pas avoir été propriétaire depuis plus de deux ans). Un prêt d'accession sociale est également disponible, là encore sous conditions de ressources. Un « bonus de constructibilité » (dépassement du volume constructible autorisé) est par ailleurs accessible  si vous construisez un bâtiment économe en énergie, à faible impact environnemental et climatique. Pour l'ensemble de ces dispositifs, renseignez-vous auprès de l'ANIL (Agence nationale pour l'information sur le logement, anil.org). Enfin, certaines collectivités territoriales accordent des aides aux particuliers travaillant à l'efficacité énergétique de leur habitation.